Untitled-1
menu principale www.lise-david.net
Notre petite
histoire

Les fiancailles
Contactez-nous
Lise,
la mariée

Micheline,
la mère de la mariée

Roland,
le père de la mariée

Carole,
la dame d'honneur


David,
le marié

Lise,
la mère du marié

Jocelyn,
le père du marié

Paul,
le garçon d'honneur


Voir tout
les blogues
L'église des Saints-Anges
Pour vous rendre
Les hotels aux alentours

dimanche le 17 décembre 2017
  -85 dodo avant le grand jour !!! 

L'église Saints-Anges de Lachine

Au début de la colonie, la paroisse Notre-Dame desservait toute l'île de Montréal. La nouvelle paroisse des Saints-Anges-Gardiens de Lachine fut fondée en 1676. La première chapelle de bois fut construite dans l'enceinte du Fort Lachine. Elle fut érigée par Pierre Gaudin dit Chatillon. Elle mesurait 26 pieds (8 mètres) de largeur et 36 pieds (11 mètres) de longueur. Le premier presbytère fut bâti en 1680 et remplacé cinq ans plus tard par un autre plus confortable.

La deuxième église, faite en pierres des champs, fut inaugurée en juillet 1703. Elle comportait un jubé et mesurait 34 pieds (10 m) de largeur et 70 pieds (21 m) de longueur. La population lachinoise s'étant quelque peu déplacée vers les écluses de Lachine après leur construction et le premier élargissement du canal, la fabrique décida donc de déménager l'église sur un terrain offert par un riche commerçant, Louis Boyer. En 1863, les fondations furent érigées en même temps qu'on construisait une sacristie pour y célébrer la messe en semaine. En 1866, l'ancienne église et le terrain furent vendus aux Oblats de Marie-Immaculée qui démolirent l'église et le presbytère en 1869 pour y ériger leur noviciat.

La nouvelle église fut consacrée le 2 décembre 1865 mais ce n'est que trois ans plus tard qu'on compléta l'intérieur de l'église. Cette troisième église, de 56 pieds (17 m) de largeur et de 140 pieds (42,7 m) de longueur, fut réduite en cendres lors d'un violent incendie le 7 octobre 1915.

Le 4 avril 1919, on commença la construction de la quatrième église (l'église actuelle) et son inauguration eut lieu le 21 décembre 1920. Le contrat d'architecture fut confié à Dalbé Viau (maire de Lachine de 1925 à 1933) et à Alphonse Venne, les mêmes architectes qui avaient conçu les plans de l'Oratoire Saint-Joseph. Les architectes Viau et Venne ont conçu l'édifice dans un style néo-roman. L'église semble être une montagne de pierre, dont la structure interne est entièrement de béton (fait inusité pour l'époque), ce qui en fait la première église a être entièrement bâtie à l'épreuve du feu. L'intérieur de l'église suit la disposition traditionnelle en forme de croix latine et comprend le narthex, ou vestibule, surmonté de deux tribunes superposées, la nef, coupée par le transept, et le choeur, entouré d'un couloir semi-circulaire qui communique avec la sacristie. En 2002, Le choeur a été réaménagé et incorpore maintenant le retable, la chaire, de même que la balustrade provenant de l'ancienne église Saint-Jean-de-la-Croix de Montréal, maintenant démolie. Le 11 décembre 1923, cinq cloches, fabriquées en France, furent bénites et installées dans la tour gauche de l'église. Le 7 septembre 1924, les cloches de la troisième église furent refondues et servirent à la fabrication du monument du Sacré-Coeur.

Quant à la décoration intérieure de l'église, on la confia au peintre de renom, surtout connu comme décorateur d'églises, Ozias Leduc (1864-1955). Ce dernier, formé dans la tradition des grands maîtres, a conçu seul l'ensemble du décor peint et sculpté. Le maître était âgé de 66 ans lorsqu'il a été mandaté par la fabrique pour embellir ce lieu de culte. Le travail a été exécuté avec l'aide d'un associé, Fortunat Rho, et d'apprentis, dont Paul-Émile Borduas (1905-1960) et deux jeunes de Lachine, Charles-Ovide Berthiaume et Jeannot Cadieu. Fortement influencé par le courant symboliste de la fin du XIXe siècle, Leduc s'éloigna des représentations anecdotiques familières pour atteindre une dimension purement spirituelle. En 1930, il a peint 34 peintures murales qui ornent la nef, le transept, le choeur et la tribune de l'orgue. En 1959, des travaux de rafraîchissement effectuées dans l'église ont malheureusement modifié l'aspect du décor intérieur et l'oeuvre de Leduc y a subi des altérations regrettables.

La monumentale statue de 15 pieds (4,6 m) de l'archange Saint-Michel qui orne la façade de l'église (sur le faîte du toit à pignon) est faite de bois recouverte de cuivre. L'oeuvre attribuée au sculpteur Louis Jobin présentait des signes de pourrissement tels qu'il fallut la retirer en attendant de pouvoir la restaurer. Grâce à Fabien Pagé, un restaurateur de Portneuf, l'archange a retrouvé, depuis juin 2000, l'éclat et la solidité du neuf.


Untitled-1